ORDRE DE DANNEBROG (Danemark). Ensemble...

Lot 247.bis
Aller au lot
1 000 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 1 276 €

ORDRE DE DANNEBROG (Danemark). Ensemble...

ORDRE DE DANNEBROG (Danemark).

Ensemble grand-croix, composé de son insigne en vermeil et émail ; de sa plaque en argent et émail avec son ruban écharpe en taffetas de soie moiré blanc bordé rouge, l'ensemble est conservé dans son écrin d'origine de la Maison A. Michelsen à Copenhague. Bon état. Époque : Frédéric IX (1947-1972).

Insigne H. : 8 cm - L. : 4 cm - Poids brut : 31 grs.

Plaque H. : 8 cm - L. : 8, 5 cm - Poids brut : 54 grs.                                                                     

Historique : cet ensemble de grand-croix fut décerné au général Jean Ganeval (1894-1981) lors de son voyage officiel au Danemark en 1957 en tant que chef du secrétariat général militaire du président René Coty (1882-1962). Jeune bachelier, il est admis à l'École militaire spéciale de Saint-Cyr en 1914. Il interrompt de lui-même sa scolarité pour se porter volontaire aux armées, le 3 août 1914, au lendemain de l'annonce de la mobilisation générale qui marque le début de la Grande guerre. Il finit le conflit avec le grade de capitaine au 59e régiment d'infanterie, la Croix de guerre et la Légion d'honneur. Membre de la mission militaire française à Berlin en 1919-1920, il gagne ensuite les mandats français du Levant. Affecté à l'état-major du 156e régiment d'infanterie (RI) en 1928, il est ensuite attaché militaire auprès des légations de France dans les Pays baltes (1933-1937) puis chef de bataillon au 39e RI de 1937 à 1939. Jean Ganeval commande ensuite la mission militaire française envoyée auprès du maréchal baron Karl Mannerheim, âme de la résistance armée finlandaise face à l'invasion soviétique en 1938-1940. Le lieutenant-colonel Ganeval achève la campagne de France à Toulouse au 23e RI, à l'été 1940. S'il reste dans l'armée d'armistice, les premiers réseaux de résistance le tentent vivement. Son patriotisme et son sens de l'intérêt national le dirigent vers un autre engagement, clandestin cette fois. Après avoir été membre des groupes Combat et Mithridate de 1941 à 1943, il rejoint les unités de la France combattante. Jean Ganeval est arrêté à Lyon en octobre 1943. Emprisonné au fort de Montluc, il est ensuite déporté au camp de Buchenwald d'où il est libéré à la fin du Second conflit mondial. Ces actes lui valent une troisième Croix de guerre, la rosette de la Résistance et ses deux étoiles de général de brigade. Gouverneur militaire de Berlin en 1948-1949, il joue un rôle actif lors du blocus de cette ville par les Soviétiques au début de la Guerre froide. Haut-commissaire français à l'Office militaire de sécurité alliée à Coblence de 1949 à 1951, général de division depuis 1950, il passe ensuite dans les cabinets ministériels. Il est chef d'état-major particulier de Georges Bidault, vice-président du Conseil, ministre de la défense nationale (octobre 1951-29 février 1952) puis de son successeur René Pleven, ministre de la défense nationale (8 mars-22 décembre 1952), ministre de la défense nationale et des forces armées (8 janvier 1953-18 janvier 1954). Il est nommé au secrétariat général militaire à la présidence de la République le 18 décembre 1954, auprès de René Coty. Il s'éteint à son domicile parisien le 12 janvier 1981.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue