Kees VAN DONGEN (1877-1968)

Lot 189
Aller au lot
300 000 - 400 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 450 800 EUR

Kees VAN DONGEN (1877-1968)


Avenue du bois de Boulogne
Huile sur toile.
Signée en bas au centre.
Titrée Avenue du bois de Boulogne et monogrammée VD au dos de la toile.
Inscription à la craie bleu Fiacre au dos de la toile Étiquette ancienne collée sur le châssis de la Galerie Paul Pétridès rue de la Boétie à Paris.
54 x 65 cm
Circa 1954
Provenance: Collection particulière française.
Certificat de la Galerie Pétridès en date du 16 novembre 1959.
Un avis d'inclusion au catalogue raisonné numérique en préparation par le Wildenstein Plattner Institute sera remis à l'acquéreur.
Une photographie du peintre exécutant le tableau dans son atelier sera remise à l'acquéreur.
L'avenue du bois de Boulogne, peint au début des années 1950, illustre la singularité et la permanence du style de Van Dongen, indifférent aux bouleversements artistiques de son temps et à la succession des mouvements d'avant-garde. Fidèle, par l'audace et l'originalité des couleurs, au fauvisme de ses jeunes années, inspiré par un Paris mondain et raffiné, il prolonge aussi sa peinture des Années folles, époque dont il avait été le peintre emblématique; ce qu'il a appelé lui-même sa période cocktail.
Au long de l'avenue du Bois (rebaptisée depuis avenue Foch), sous des flocons de nuages légers, d'élégantes silhouettes flânent, circulent ou se posent accompagnées d'une petite fille et d'un caniche. Une calèche remonte l'avenue vers l'Arc de Triomphe tandis qu'au loin des cavaliers au grand galop la dévalent.
La scène, qui charme par sa légèreté, son artifice et par ses alliances de couleurs raffinées, roses bonbons opposés à des jaunes lumineux, opposition rouge- vert de la caisse et des roues de la calèche, acquiert une sorte de douceur onirique. Les jambes fines sur les corps élancés, les petites têtes aux joues maquillées et aux cous gracieux qui caractérisent le canon féminin du Van Dongen de maturité, étaient déjà apparues dès les années 1910 (La Baigneuse, 1911-Amusement,1912, Musée de Grenoble)
Dans l'œuvre de Van Dongen des variantes de cette composition avaient déjà été traitées dans Porte Dauphine,1924-1925, huile sur toile (ancienne collection Mme Jenny). Également dans une aquatinte Avenue du bois de Boulogne,1928 (Juffermans, JE5) et une lithographie Arc de Triomphe,1949 (Juffermans JL 19).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue