ÉCOLE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE

Lot 48
Aller au lot
3 000 - 5 000 EUR

ÉCOLE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE


Attribué à Quentin de La Tour (1704-1788).
Portrait de la princesse Marie-Thérèse de Lamballe, née princesse de Savoie-Carignan (1749-1792).
Pastel, conservé dans un cadre ancien en bois doré.
Légères usures du temps, mais bon état général.
A vue: H.: 48 cm - L.: 39 cm.
Cadre: H.: 57 cm - L.: 49 cm.
Référence: Ce portrait de la princesse de Lamballe est vraisemblablement l'œuvre autrefois attribuée à Quentin de La Tour (issu des collections de Mme Pommery et exposé à la fin du XIXe siècle) qui, à la fin de sa vie, a portraituré la princesse de Lamballe. Il peut aussi être l'œuvre de l'un de ses meilleurs élèves. La présence et le regard du modèle ont quelque chose de fascinant. Dans ce pastel d'une grande qualité d'exécution, tout est concentré dans le triangle du visage qui exprime de la sérénité et, peut-être, un amusement contenu. Ce portrait psychologique rappelle ce que Quentin de La tour, portraitiste de la cour jusqu'à pratiquement la mort de Louis XV, a fait de mieux. Joseph Baillio qui a publié un portrait de la même époque (vers 1773) attribué à C.-N. Cochin, indique dans sa notice (The Winds of Revolution, New-York, p.30) que le problème physique de la princesse était son nez trop fort, disgrâce bien réelle qui permet d'identifier sérieusement la princesse. Pour compenser, celle-ci profitait de la mode des volumineuses «en physionomie élevée» qui eurent cours dans le courant des années 1770, jusqu'à l'accouchement de la reine qui marqua le début d'une simplification des coiffures féminines. On rapprochera ce portrait, pour la ressemblance frappante, de la très belle miniature offerte par la princesse à la marquise de La Cases, sa dame d'honneur (collection particulière)(*)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue