PHILIPPE V, roi d'Espagne, né prince de France, duc d'Anjou (1683-1746)

Lot 32
Aller au lot
200 - 300 EUR
Résultat : 350 EUR

PHILIPPE V, roi d'Espagne, né prince de France, duc d'Anjou (1683-1746)


Lettre manuscrite avec annotations autographes signées Yo el Rey, datée du 25 avril 1705, adressée au Marquis Jacques de Puységur (1656-1743), 1 page ½, in-folio, texte en espagnol, lettre portée, trace de cachet. Rousseurs, pliures. On y joint sa traduction française ainsi que la lettre du secrétaire du roi accompagnant cette missive.
«(...) J'ai reçu votre lettre avec la nouvelle positive que tout le gros des ennemis était campé à Estremos et qu'il était en mesure pour commencer les opérations du côté de Badajoz. Le Marquis se trouvant sans forces suffisantes pour résister ou s'opposer à cette attaque, j'ai trouvé bon d'envoyer un courrier extraordinaire au Maréchal de Tessé, lui ordonnant de suspendre sa marche, nonobstant les ordres du Roi mon aïeul qui l'appellent ici, et de se diriger en droite ligne vers l'Estremadura, où, dans les circonstances actuelles, sa présence est plus nécessaire; et à vous, en conséquence, également, de ce que je vous avais précédemment ordonné et qui, aujourd'hui, est si urgent, je vous commande de la manière la plus expresse que dès que vous aurez reçu cette dépêche, vous vous rendiez aussi en Estremadura avec toutes les troupes de France qui sont dans la Vieille-Castille et les provisions de grains et de farines préparées pour elles dans cette province, afin que, en Estremadura, ces vivres ne leur fassent point défaut, et vous laisserez seulement en Castille, pour sa défense, toutes les troupes d'infanterie et de cavalerie d'Espagne dans l'état où elles se trouvent, ce dont je préviens le Maréchal de Tessé, afin qu'il l'ait pour entendu. Je dois espérer que votre zèle que, dans une affaire qui intéresse à un si haut degré mon service et celui du Roi mon aïeul, vous ne différerez pas un seul instant la prompte exécution de tout ce dont il est question, et que vous me rendrez compte de ce que vous aurez fait».
De la main du roi: «Les choses sont trop pressées pour que vous vous amusiez à me faire des représentations: ainsi je veux absolument que vous m'obéissiez sans différerez d'un moment»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue