Horace VERNET (1789-1863)

Lot 29
Aller au lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Horace VERNET (1789-1863)

Cosaque sur son cheval
Mine de plomb sur papier, rehaussé de lavis.
21 x 17 cm
Présenté dans un cadre en bois doré, de la première moitié du XIXe siècle, décoré aux angles de palmettes et de cygnes.
Notre dessin est à inclure dans un cycle d'études sur le vif que l'artiste réalise lors de son voyage en Russie, de juin 1842 à l'été 1843, alors qu'il est officieusement chargé par le roi Louis-Philippe de sonder les dispositions du tsar Nicolas Ier et de sa cour au sujet de la France.
La même année, la publication de l'ouvrage La Russie en 1839 du baron de Custines, brûlot antirusse, avait passablement froissé les élites russes vis-à-vis de la société française.
Les dessins d'Horace puisent dans les œuvres de son père Carle (1758-1836), passionné de chevaux, qui a eu notamment à cœur d'illustrer les troupes russes d'occupation, qui sillonnaient Paris en 1815, en particulier les cosaques.
Stylistiquement, on peut rapprocher cette feuille des dessins d'Horace qui sont contenus dans les deux albums que le Louvre possède (Inv. RF 29131 à 29176).
Dans la même veine, traitée rapidement à la mine de plomb, on peut citer le «Soldat debout, vu de profil» (Vente Christie's Paris, 29 mars 2012, lot 183).
«Que je te parle du pays que je parcours ! Depuis Moscou jusqu'ici, je n'ai vu que de grandes plaines toute plate et coupées de distance en distance par des ravins, des rivières ou des fleuves, le Volga, le Dniéper, etc. Une foule de tumulus disent au passant : ici on a combattu. Vainqueurs et vaincus dorment ensemble ; l'herbe pousse à la fois sur le corps du Tartare, du Polonais, du Suédois et du Cosaque.»
Lettres intimes de M. Horace Vernet (...) pendant son voyage en Russie. Paris, 1856
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue