SERVICE DE L'ORDRE DE SAINT-ANDRÉ. Manufacture... - Lot 337 - Coutau-Bégarie

Lot 337
Aller au lot
Estimation :
25000 - 30000 EUR
SERVICE DE L'ORDRE DE SAINT-ANDRÉ. Manufacture... - Lot 337 - Coutau-Bégarie
SERVICE DE L'ORDRE DE SAINT-ANDRÉ.
Manufacture impériale, Saint-Pétersbourg, 1855-1881.
Ensemble de 12 assiettes plates en porcelaine dure, à bordure festonnée rehaussée d'un liseré or, le centre est orné d'un bouquet de fleurs polychromes entouré d'une couronne de fleurs enrubannée en relief dit «Gotzkowsky». Le haut du marli est décoré de l'aigle bicéphale des Romanoff alterné de branches de fleurs en relief et de motifs floraux polychromes. La partie basse laisse apparaître l'insigne de l'ordre de Saint-André. Légères usures du temps, mais assez bon état général.
Marques vertes au revers : A. II. (Alexandre II), sous couronne impériale. Diam. : 24,5 cm.
Historique : ce service réalisé par Johann Friedrich Eberlein (1695-1749) et orné d'une décoration en relief dite «Gotzkowsky», fut offert par le roi Auguste III de Pologne à l'impératrice Élisabeth Ire de Russie, à l'occasion du mariage de son neveu, le grand-duc Pierre Feodorovitch avec la princesse Sophie d'Anhalt-Zerbst, future impératrice Catherine II, le 21 août 1745. Composé de 440 pièces, selon un inventaire établi le 5 novembre 1745, il fut le cadeau diplomatique le plus important jamais réalisé par la manufacture de Meissen. L'ordre de Saint-André, fondé en 1698 par Pierre le Grand, est l'ordre le plus important de l'empire russe. La croix représentée sur ce service est une version simplifiée de l'insigne de l'ordre de Saint-André, qui normalement est appliqué sur l'aigle bicéphale des Romanoff noir surmonté d'une couronne impériale rouge. Les lettres à chaque extrémité de la croix S.A.P.R. sont les abréviations de Sanctus Andreas Patronus Russiae.
Provenance : collection de l'impératrice Élisabeth Ière (1709-1762), présent offert par le roi Auguste III de Pologne (1693-1763), placé dans les appartements privés de la souveraine d'août à novembre 1745, puis transféré au Palais d'hiver à la fin de 1745. Sous l'empereur Nicolas II, en 1911, ce service, dont plusieurs pièces furent remplacées au XIXe siècle par la manufacture impériale de porcelaine de Saint-Pétersbourg, fut placé au Musée de l'Ermitage, sous le n° d'inventaire 1703. Puis au début des années 1930, par l'intermédiaire d'Antikvariat, une organisation d'État créée par le gouvernement soviétique, une grande partie de ce service fut mis en vente. Aujourd'hui le Mussé de l'Ermitage possède encore 145 pièces de ce service.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue