Bureau plat d?époque Louis XV, milieu du XVIIIe siècle.

Lot 149
800 000 - 1 000 000 €
Résultat: 115 000 €

Bureau plat d?époque Louis XV, milieu du XVIIIe siècle.

En placage de bois de rose et panneaux de laque de Chine, ouvrant à trois tiroirs et reposant sur des pieds cambrés. Belle ornementation de bronze cis elé et doré à décor de feuillages et rocailles (manque une poignée de tiroir à l'arrière du meuble, un côté insolé, accidents à la laque et au placage). H. : 81 cm, L. : 163,5 cm, P. : 83 cm. Provenance : Famille Dassy, inventorié dès 1837, puis par descendance successive. Reproduit sur le portrait ci-contre de René Gaspard Dassy, par le peintre Charlemagne Oscar Guet. Ce très élégant bureau plat en laque de Chine, présenté « dans son jus », fait partie d'un groupe de meubles qui ont conservé leur superstructure plaquée en bois de rose et non badigeonnée de vernis Martin noir, selon une pratique encore bien courante dans le second quart du 18ème siècle. Ainsi, la comtesse d'Evreux possédait en 1731 un ?bureau de bois de violette plaqué à pieds de biche avec des compartiments de bois de la chine', tandis que chez le marquis de la Villette fut inventorié à son décès en 1756 ?un bureau cintré de bois de violette et laque plaqué à trois tiroirs, fermant à clé, garni de mains, cartouches et ornements de cuivre doré et carderons de cuivre jaune, le dessus couvert de maroquin vert'. On en rencontre également décrit encore chez les marchands-merciers, exerçant à cette époque un quasi monopole sur le mobilier de luxe, dont faisait partie, bien sûr, celui en laque. Claude-Antoine Julliot, le fondateur de la fameuse dynastie des marchands-merciers, possédait ainsi en 1736 un important bureau plaqué de ?bois de cayenne' [sic] et panneaux de laque de Chine, expertisé avec son cartonnier pas moins de 1.500 livres, somme remarquable à l'époque. On en retrouve également livrés par le marchand ébéniste Pierre IV Migeon, dont son plus célèbre exemplaire, celui du comte de Rottembourg, a malheureusement disparu aujourd'hui. Doté de bronzes de Caffiéri, il avait été vendu à près de 2.700 livres, avec des bronzes « faits exprès ». Par la suite, la plupart des ébénistes badigeonnèrent de noir leur bâti, bien que certains ébénistes, et non les moindres, continuèrent à produire des bureaux en bois de placage et laque de Chine. On en connaît au moins deux de Bernard Van Rysamburgh, l'un vendu à Londres chez Christie's le 10 juin 1993, sous le lot 34, marqué au C Couronné, donc réalisé entre 1745 et 1749, l'autre vendu à Paris. S'il n'est point facile d'attribuer de manière certaine ce bureau plat, il faut noter qu'un exemplaire très similaire, également en bois de rose, ornait autrefois l'important salon-bibliothèque de Florence J. Gould (dispersée chez Sotheby's Monaco, le 26 juin 1984, sous le lot 738). Celui-ci était malheureusement non estampillé, mais présentait des encadrements de bronze doré des panneaux de laque tout à fait identiques, avec les angles coupés de même manière. Un meuble bien documenté depuis le premier tiers du XIXe siècle. Charlemagne Oscar Guet peint René Gaspard Dassy (Voir illustration) quelques années avant sa mort (1837), assis dans son cabinet de sa maison de Meaux, devant son bureau en laque que nous présentons dans cette vacation avec, en fond, le magnifique secrétaire en laque de Jacques Dubois vendu à Drouot (Maîtres Millon Jutheau, 19 mars 1990, lot 67), présenté ?en son jus' et qui avait atteint près de 7.500.000 francs, record pour l'époque, contre une estimation de francs.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue



Étude Coutau-Bégarie
60 Avenue de la Bourdonnais, 75007 Paris
Tél. : 01 45 56 12 20
Fax : 01 45 56 14 40
Email : information@coutaubegarie.com